Arbitrage

Décision équilibrant le point de vue local d’un projet et le point de vue global de l’architecture

Note terminologique

Cette définition ne vise pas le sens général de ce terme, mais un de ses usages particuliers dans le contexte de la méthodologie.

Il y a d’autres types d’arbitrage, correspondant à des situations où des points de vue variés se rencontrent et s’affrontent : arbitrage financier, arbitrage technique, arbitrage de valeurs…

Celui qui nous intéresse ici, met en relief une opposition courante dans les pratiques, opposition dont il faut prendre conscience de toute urgence pour espérer changer quoi que ce soit.

Introduction de la notion

La dynamique entre système et projet
Dans cet équilibrage entre l’intérêt général et la vue à court terme, un facteur est déterminant : la force de contrainte que la direction décide d’exercer pour construire le système, conformément à une cible d’urbanisation. Elle est d’autant plus importante et décisive que la direction s’engage opérationnellement dans la politique d’amélioration du système, politique qui découle directement de la vision de l’entreprise et de sa stratégie.

Cette dynamique impose un exercice important : l’arbitrage entre les niveaux de cibles.

Les points de vue s’opposent :

  • Le projet a pour vocation de produire une réponse à une demande spécifique, immédiatement.
  • Le système, au contraire, se construit dans la longue durée avec un souci d’universalité et, aussi, d’ouverture vers des systèmes partenaires (interopérabilité).

La contradiction se résout par le fait suivant : grâce à la réutilisabilité, le projet peut obtenir, du référentiel, des éléments qui entrent dans ses objectifs.

Les conclusions de l’arbitrage se répartissent sur un éventail de cas de figure dont les plus extrêmes sont :

  • la compatibilité complète : tout ce que livre le projet pourra être repris dans le référentiel et servir à d’autres ;
  • le découplage complet : quand la demande est trop divergente ou urgente, il serait nuisible d’imposer les règles de l’urbanisation au projet.

Entre ces deux extrêmes, on peut envisager de nombreuses possibilités. La divergence peut porter sur une partie seulement du modèle. On peut planifier des reprises ultérieures : le modèle immédiat pose des points d’ancrage sur lesquels viendront se greffer, plus tard, des compléments plus conformes aux visées Système, etc.

Termes connexes : référentiel de description de l’entreprise, transformation, portée.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés